Permalien Courriel Export
Thèse
Race et culture, les sciences sociales face au racisme : étude comparative de la genèse et des modalités de la rupture épistémologique de l'école durkheimienne et de l'école de Chicago avec la pensée racialiste (fin 19e siècle-1945)
Auteur
Éditeur Sciences Po
Année 2006
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Auteur
Titre
Race et culture, les sciences sociales face au racisme[Ressource électronique] : étude comparative de la genèse et des modalités de la rupture épistémologique de l'école durkheimienne et de l'école de Chicago avec la pensée racialiste (fin 19e siècle-1945)
Éditeur
Description
Données textuelles
Est un fac-similé
Race et culture, les sciences sociales face au racisme étude comparative de la genèse et des modalités de la rupture épistémologique de l'école durkheimienne et de l'école de Chicago avec la pensée racialiste (fin 19e siècle-1945) 2006
Autre support
Race et culture, les sciences sociales face au racisme étude comparative de la genèse et des modalités de la rupture épistémologique de l'école durkheimienne et de l'école de Chicago avec la pensée racialiste (fin 19e siècle-1945) 2006
Notes
L'impression du document génère 716 p.
Titre provenant de l'écran-titre
Publication autorisée par le jury
Bibliogr.
Navigateur, lecteur de fichier PDF
Note de thèse
Reproduction de Thèse de doctorat : Science politique : Paris, Institut d'études politiques : 2006
N° national de thèse
FR 2006IEPP0010
Collaborateurs
Variantes de titres
Race and culture, social science against racism comparative analysis of the genesis and the methods of the epistemological break of the Durkheimian School and the Chicago School with racial thinking (late 19th century-1945) eng
Sujets
Résumé
La thèse montre comment la sociologie des relations interethniques, inaugurée en 1913 par R. E. Park et W. I. Thomas à l'université de Chicago, s'inscrit dans la continuité des efforts des représentants des sciences sociales américaines pour dé-biologiser la notion de "race" et y substituer la notion de "culture". Cette idée a-raciste de la culture procède d'une vision pragmatiste, psychosociologique et interactionniste des identités humaines et des faits sociaux. Or, la thèse montre que l'anthropologie culturelle (Boas), la psychosociologie pragmatiste (Dewey, Mead) et la sociologie interactionniste (Cooley, Simmel) forment les trois principales sources d'inspiration théorique de la tradition de recherche sociologique de Chicago. A travers la comparaison des stratégies de rupture épistémologique avec la pensée racialiste de l'école durkheimiennne et de l'école de Chicago, la thèse démontre que c'est bien l'absence d'un concept pluraliste et dynamique de la culture qui rend le mieux compte du silence des sciences sociales françaises sur les problèmes du racisme, de l'immigration et des relations interculturelles jusqu'aux années d'après seconde guerre mondiale. En soulignant combien au coeur de cette rupture épistémologique les enjeux éthiques et idéologiques (racisme versus libéralisme) importent autant que les choix théoriques et méthodologiques (individu/société, interactionnisme/holisme), ce travail propose, partant du défi capital qu'a constitué la pensée racialiste pour les sciences sociales au 19e siècle, une vision complexe des rapports entre science et politique.
Origine de la notice
Abes (SUDOC)

Voir aussi

 

inMedia v4.4