Permalien Courriel Export
Thèse
Programmes internationaux et politisation de l'action collective des femmes dans l'entre-guerres : une sociologie des interventions sur le genre et les femmes au Burundi (1993-2015)
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Auteur
Titre
Programmes internationaux et politisation de l'action collective des femmes dans l'entre-guerres : une sociologie des interventions sur le genre et les femmes au Burundi (1993-2015)
Éditeur
Description
Données textuelles
Reproduit comme
Programmes internationaux et politisation de l'action collective des femmes dans l'entre-guerres une sociologie des interventions sur le genre et les femmes au Burundi (1993-2015) 2017
Notes
Titre provenant de l'écran-titre
Ecole(s) Doctorale(s) : Institut d'études politiques (Paris). École doctorale
Partenaire(s) de recherche : Centre de recherches internationales de Sciences Po (Paris) (Laboratoire)
Autre(s) contribution(s) : Jean-Gabriel Contamin (Président du jury) ; Guillaume Devin, Ioana Cîrstocea, Franck Petiteville, Devon Curtis, Philippe Lavigne Delville (Membre(s) du jury) ; Ioana Cîrstocea, Franck Petiteville (Rapporteur(s))
Note de thèse
Thèse de doctorat : Science politique. Relations internationales : Paris, Institut d'études politiques : 2017
N° national de thèse
FR 2017IEPP0019
Collaborateurs
Variantes de titres
How international programmes politicise women’s collective action in interwar contexts a sociology of interventions on gender and women’s issues in Burundi (1993-2015) eng
Sujets
Classification Dewey
320.967 5
Résumé
Partant du constat de l’attention croissante et appuyée des organisations internationales aux thématiques « femmes, paix et sécurité », cette recherche vise à mieux comprendre les modalités concrètes des interventions sur cette thématique ainsi que leurs effets sur les dynamiques sociales et politiques de mobilisation des femmes en contexte d’entre-guerres. La thèse discute la perspective à la fois critique et experte des effets des programmes internationaux en proposant une sociologie des interventions déployées sur la thématique du « genre » au Burundi (1993-2014). En s’appuyant sur une enquête documentaire et de terrain menée au Burundi entre 2012 et 2014, elle contextualise dans une première partie la construction des interventions du point de vue des normes, des pratiques et des relations entre les acteurs. Elle étudie dans une deuxième partie la socialisation des acteurs individuels participant aux interventions aux savoirs diffusés par les programmes internationaux. Dans une troisième partie, elle analyse les processus de politisation dont certains enjeux, pratiques et sujets de l’action collective des femmes font l’objet. La thèse défend une interprétation dynamique du processus de politisation. De par leurs effets problématiques sur la socialisation des acteurs, les interventions déployées sur le genre participent à la politisation de l’action collective des femmes. Cette politisation place les organisations internationales face à une impasse car ces tendances échappent au cadre d’intervention qu’elles peuvent effectivement porter. Paradoxalement, cette impasse entretient plutôt qu’elle n’altère la politisation en cours.
International organisations (IOs) have displayed a growing interests in matters related to “women, peace and security”. This thesis permits to better understand the concrete realities of IOs’ interventions in this domain and their effects on the social and political dynamics of women’s mobilisations in interwar contexts. The thesis uses a sociological lens to approach gender-related interventions taking place in Burundi (1993-2015). In doing so, it goes beyond the critical and expert perspectives of the effects of international programmes. This work is based on a study of official documents and, more importantly, field research carried out in Burundi between 2012 and 2014. The first section of the thesis addresses the construction of gender-related interventions from a normative, practical and relational point of view. The second section studies the ways in which multiple individual intervening actors become socialised with international standards and practices on gender and women’s issues. Finally, the third section analyses the processes of politicisation of certain issues, practices and subjects of women’s collective action. The thesis defends a dynamic interpretation of processes of politicization and argues that, because of problematic effects on the socialisation of actors, interventions on gender contributes to politicise women’s collective action. This politicisation places IOs in a delicate position, as these tendencies are beyond the scope of their intervention. Paradoxically, this position maintains rather than alters the current politicisation.
Origine de la notice
Abes (SUDOC)

Voir aussi

 

inMedia v4.4