Permalien Courriel Export
Thèse
La communication à l'ONU : histoire et sociologie
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Auteur
Titre
La communication à l'ONU : histoire et sociologie
Éditeur
Description
1 vol. (315 p.) : ill. ; 30 cm
Est un fac-similé
La communication à l'ONU histoire et sociologie
Notes
Ecole(s) Doctorale(s) : Institut d'études politiques (Paris). École doctorale
Partenaire(s) de recherche : Centre de recherches internationales de Sciences Po (Paris) (Laboratoire)
Autre(s) contribution(s) : Frédéric Ramel (Président du jury) ; Guillaume Devin, Delphine Placidi, Jean-Philippe Thérien, Isabelle Le Breton-Falezan (Membre(s) du jury) ; Delphine Placidi, Jean-Philippe Thérien (Rapporteur(s))
Bibliogr. p. 311-315
Note de thèse
Reproduction de Thèse de doctorat : Science politique. Relations internationales : Paris, Institut d'études politiques : 2016
N° national de thèse
FR 2016IEPP0049
Collaborateurs
Variantes de titres
Communication at the United Nations history and sociology eng
Sujets
Classification Dewey
341.23
Résumé
Notre étude, à la fois exploratoire et synthétique, cherchera à répondre aux interrogations suivantes : pourquoi, comment et à qui l’ONU communique-t-elle ? En quoi la communication de l’ONU est-elle révélatrice des réalités politiques qui la traversent ? Pour répondre à ces questions, nous organisons notre étude autour de deux axes. Dans le premier, nous tentons une sociohistoire de la communication onusienne en commençant par une analyse métapolitique de la communication contemporaine (chapitre I). Ceci a pour but de comprendre le contexte dans lequel la communication onusienne est amenée, comme toute communication contemporaine, à évoluer. Nous cherchons ensuite à montrer la similitude des trajectoires communicationnelles entre Société des nations et ONU ainsi que la continuité sociohistorique qui les lie en la matière (chapitre II). Cela nous mène à une étude sociohistorique de la communication onusienne qui, selon qu’elle soit entendue comme programme politique ou comprise, au premier degré, comme un instrument de propagation d’idées et de symboles, n’a pas la même influence sur le continuum historique dans lequel l’ONU, comme toute institution, évolue (chapitre III). Dans le second axe, nous confrontons cette analyse globale et théorique à la réalité actuelle de la communication onusienne. D’abord, nous en analyserons de façon détaillée le fonctionnement en nous intéressant à sa cheville ouvrière, le Département de l’Information Publique (chapitre IV). Ensuite, nous étudions le rôle communicationnel du Secrétaire Général de l’ONU, qu’il s’agisse de la fonction politique ou des différents individus l’ayant incarnée (chapitre V). Enfin, nous nous focalisons aussi bien sur les limitations financières de la communication onusienne que sur le rôle de cette dernière dans la survie financière de l’ONU (chapitre VI). Cette étude nous apprend que bien que la communication ne permette pas de compenser les faiblesses organisationnelles et politiques de l’Organisation, elle en a tout de même les capacités, pour peu que celles-ci soient développées et utilisées de façon adéquate.
Our study, both exploratory and synthetic, will try to answer the following questions : how, why and to whom is the UN communicating ? How is the the UN’s strategy of communication a good indicator of the political balance of power within the Organization ? To answer these questions, our study will be divided in two parts. We will firstly try to analyze the UN’s strategy of communication from a sociohistorical perspective. Therefore, we will begin with a metapolitical analysis of modern communication (chapter I). This allows us to grasp the very context in which the onusian communication, like any other strategy of communication, is developing. We will then look to show the similarities between the UN and the League of Nations from a communication perspective, which shows a form of sociohistorical continuity (chapter II). This will lead us to a sociohistorical study of the UN’s strategy of communication, which, depending of its use and status, will have a very variable impact on the historical flow of events (chapter III). In the second part, we use the intermediary conclusions of our theoretical and global analysis and apply it to the present functioning of the UN’s strategy of communication. We analyse in details the role, the principles and the actions of the Department of Public Information, which is at the heart of the UN from a communication perspective (chapter IV). Nonetheless, the Secretary general being the most essential part of the strategy we studied, we also analyse the communicational role of the political function as well as the individual who embodies it (chapter V). Finally, we focus on the financial limitations of the UN’s strategy of communication and, reversely, the role communication can play as a way for the Organization to survive financially (chapter VI). This study shows that although communication doesn’t compensate for the organizational and political frailties of the UN, it has a potential to do so. As for any instrument, the efficiency of communication lies in the use the actors make of it.
Origine de la notice
Abes (SUDOC)
 

inMedia v4.4