Permalien Courriel Export
eBook
Finances publiques en temps de guerre, 1914-1918 : déstabilisation et recomposition des pouvoirs
Auteur
Document principal Journées d'études Les finances, un ministère en guerre, un ministère dans la guerre, 1914-1918
Éditeur Institut de la gestion publique et du développement économique
Année 2016
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Titre
Finances publiques en temps de guerre, 1914-1918 : déstabilisation et recomposition des pouvoirs
Éditeur
Document principal
Journées d'études Les finances, un ministère en guerre, un ministère dans la guerre, 1914-1918
Description
Données textuelles
Autre support
Finances publiques en temps de guerre, 1914-1918 déstabilisation et recomposition des pouvoirs journées des 26 et 27 mars 2015, [Paris, Ministère des finances] impr. 2016, cop. 2016
Notes
Titre provenant de la page de titre du document numérisé
L'accès complet au document est réservé aux usagers des établissements qui en ont fait l'acquisition
Navigateur Web
Note édition
Numérisation de l'édition de Paris : Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016
Collaborateurs
Sujets
Classification Dewey
940.314
Résumé
La Grande Guerre constitue un tournant majeur dans la gestion des finances publiques au XXe siècle. En préférant essentiellement l’emprunt à l’impôt pour faire face aux dépenses de guerre, les pays belligérants ouvrent en effet le cycle durable du déficit budgétaire, de l’endettement, de la dépréciation monétaire et de l’inflation. Mais au-delà des questions de financement, c’est l’ensemble du système de gestion des finances publiques qui se voit déstabilisé par le choc de la mobilisation générale, par la durée non prévue du conflit et par les défaillances ou les insuffisances de l’État libéral hérité du XIXe siècle. Faisant suite à un premier volume consacré au « troisième front » et à « la mobilisation financière », ce deuxième volume s’attache plus particulièrement à évaluer l’impact du conflit sur les institutions politiques et financières aux prises avec les dépenses de guerre (gouvernement, commissions parlementaires, ministère des Finances, Cour des comptes, corps de contrôle, organisations non gouvernementales, banques). La désorganisation et le désordre des circuits comptables, le relâchement ou la disparition des contrôles budgétaires et juridictionnels, les inadaptations et les improvisations administratives se combinent cependant avec des innovations gestionnaires qui manifestent la capacité des acteurs publics à affronter l’urgence et la nécessité. De la conduite de la guerre émergent les traits encore flous d’une nouvelle figure de l’État, un État sommé de prévoir, diriger, organiser et contrôler. Une bibliographie thématique enrichie complète cet ouvrage qui vient éclairer d’un jour nouveau les formes financières du « gouvernement de guerre » de 1914 à 1918
ISBN
978-2-11-129410-3
Origine de la notice
Abes (SUDOC)
 

inMedia v4.4