Permalien Courriel Export
Thèse
Les médias, les élites et l'armée en Egypte du début des années 2000 à aujourd'hui : le rôle des chaînes satellitaires et d'internet, entre période révolutionnaire et mutation néo-autoritaire
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Auteur
Titre
Les médias, les élites et l'armée en Egypte du début des années 2000 à aujourd'hui : le rôle des chaînes satellitaires et d'internet, entre période révolutionnaire et mutation néo-autoritaire
Éditeur
Description
1 vol. (335 p.) : cartes ; 30 cm
Est un fac-similé
Les médias, les élites et l'armée en Egypte du début des années 2000 à aujourd'hui le rôle des chaînes satellitaires et d'internet, entre période révolutionnaire et mutation néo-autoritaire 2016
Notes
Ecole(s) Doctorale(s) : Institut d'études politiques (Paris). École doctorale
Partenaire(s) de recherche : Centre de recherches internationales de Sciences Po (Paris) (Laboratoire)
Autre(s) contribution(s) : Géraldine Muhlmann (Président du jury) ; Gilles Kepel, Frédéric Charillon, Bernard Rougier (Membre(s) du jury) ; Frédéric Charillon, Bernard Rougier (Rapporteur(s))
Bibliogr. p. 323-335
Note de thèse
Reproduction de Thèse de doctorat : Science politique. Monde musulman : Paris, Institut d'études politiques : 2016
N° national de thèse
FR 2016IEPP0012
Collaborateurs
Variantes de titres
The media, the elites and the army in Egypt from the early 2000s to today the role of satellite channels and internet, between revolution and neo-authoritarianism eng
Sujets
Classification Dewey
320.962
Résumé
L’évolution du secteur des médias en Égypte depuis les années 2000 a eu une influence déterminante sur le cap politique que prend le pays au lendemain du soulèvement populaire de 2011. Ce travail cherche à démontrer qu’en Égypte, l’intrication complexe d’intérêts entre les médias, le milieu des affaires et l’armée, a été un élément central au renouvellement des stratégies du régime militaire pour assurer sa propre survie, et que cette connivence a joué un rôle capital dans le succès de la mutation néoautoritaire du système politique égyptien. La collusion entre l’armée et le secteur privé de l’audiovisuel qui se développe au cours des années 2000, permet au régime d’encadrer le passage de l’Égypte à l’ère satellitaire, de superviser la relative libéralisation de la sphère publique qui en découle, et de coopter les discours dissidents modérés en leur offrant un accès nouveau aux médias de masse. L’arrivée d’internet en Égypte au cours de cette même période, favorise le développement d’une sphère publique parallèle qui se politise rapidement et engendre la constitution d’une opposition bien plus radicale que celle qui s’exprime à la télévision, et qui cherche à exploiter le potentiel mobilisateur des nouvelles technologies dans l’espoir de déclencher le changement politique. Mais malgré les bouleversements engendrés par la révolution dans le domaine de l’expression publique, l’industrie des médias ne parvient pas à s’émanciper des dynamiques autoritaires qui la structurent depuis des décennies, et tandis qu’ils semblaient porteurs de promesses démocratiques, les médias égyptiens sont rapidement relégués à leur fonction originelle de cerbères du régime.
The evolution of the media industry in Egypt since the early 2000s has had a critical impact on the political path taken by the country in the aftermath of the 2011 uprising. This research aims at demonstrating that in Egypt, the complex overlapping of political and economic interests between the media, the business elites and the army has been key to the regime’s ability to survive the revolution, and that such intricacy has played a crucial role in the successful mutation of the Egyptian political system towards neo-authoritarianism. The collusion between the army and the private broadcast sector that emerged in the early 2000s, has allowed the regime to regulate the country’s transition to satellite technologies, to control the liberalization of this new public sphere, and to tame the messages of moderate dissidents by giving them access to mass media. The arrival of internet in Egypt during that same decade has helped the rise of a parallel public sphere and its fast politicization, which led to the development of a more radical opposition eager to use new technologies as mobilization tools to trigger a regime change. Despite the undeniable impact of the 2011 revolution on freedom of expression in Egypt, the country’s media industry has appeared unable to emancipate itself from the authoritarian dynamics it has been submitted to for decades. And even though media seemed to be advocating for more democracy in the aftermath of the uprising, they quickly slipped back into their initial role of custodians of the regime’s survival.
Origine de la notice
Abes (SUDOC)

Voir aussi

 

inMedia v4.4