Permalien Courriel Export
Thèse
The limits of consent : liberalism and the challenge of harm to self
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Auteur
Titre
The limits of consent : liberalism and the challenge of harm to self
Éditeur
Description
Données textuelles
Reproduit comme
The limits of consent liberalism and the challenge of harm to self 2015
Notes
Titre provenant de l'écran-titre
Ecole(s) Doctorale(s) : Institut d'études politiques (Paris). École doctorale
Partenaire(s) de recherche : Centre d'études de la vie politique française contemporaine (Paris) (Laboratoire)
Autre(s) contribution(s) : Anne Deysine (Président du jury) ; Astrid von Busekist, Chandran Kukathas, Samuel Moyn, Emmanuel Picavet (Membre(s) du jury) ; Chandran Kukathas, Samuel Moyn (Rapporteur(s))
Note de thèse
Thèse de doctorat : Science politique : Paris, Institut d'études politiques : 2015
N° national de thèse
FR 2015IEPP0038
Collaborateurs
Variantes de titres
Les limites du consentement le libéralisme au défi du préjudice consenti fre
Sujets
Classification Dewey
320.01
Résumé
Ce travail porte sur le consentement à se nuire. L'état doit-il intervenir lorsque des individus consentent à ce qui parait leur être nocif? Cette question soulève la possibilité du paternalisme et de la neutralité de l'État. Le consentement de nuire est un point aveugle de la théorie libérale, et qui concerne en particulier le monde anglo-saxon. Si tous les pays sont concernés par cette question philosophique sérieuse, les Etats-Unis et le Royaume-Uni, du fait de leur héritage libertarien sont plus enclins à être affectés par cette question, la jurisprudence de ces pays en témoigne. Cette thèse interroge les fondements de la théorie libertarienne et libérale, en montrant les ambiguïtés de la notion de consentement. Elle fonde son analyse sur la jurisprudence contemporaine impliquant le consentement à se nuire, en construisant une approche casuistique au problème du consentement de la victime. Ce travail permet de faire une distinction entre deux types de cas: ceux où le consentement est motivé par les forces du marché - le consentement y est souvent contraint; et ceux où le consentement semble être tout à fait volontaire parce qu'il porte sur la sphère de l’intime.
This thesis focuses on consent to harm, and asks what happens when individuals consent to what appears to be harmful. This raises the possibility of paternalism and state neutrality. Consent to harm is a blind spot for liberal theory, and this issue concerns in particular the English-speaking world. If all countries are affected by this serious philosophical question, the US and the UK, because their libertarian tendencies are more prone to be affected by this question, as is visible in the jurisprudence. This work interrogates the premises of libertarian and liberal theory, by showing the ambiguities of the notion of consent. The analysis is based on contemporary jurisprudence involving consent to harm, and constructed on a casuistic approach to the problem of consent to harm. This methodology permits the author to distinguish between two types of cases: those in which consent is motivated by market forces, where consent is often incomplete and coerced; and those in which consent appears to be entirely voluntary because they take place in the intimate sphere.
Origine de la notice
Abes (SUDOC)
 

inMedia v4.4