Permalien Courriel Export
eBook
Théorie anti-utilitariste de l'action : fragments d'une sociologie générale
Auteur
Éditeur La Découverte
Année 2012
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Auteur
Titre
Théorie anti-utilitariste de l'action[Ressource électronique] : fragments d'une sociologie générale
Éditeur
Description
Données textuelles
Collection
Autre support
Théorie anti-utilitariste de l'action 2009
Notes
L'impression du document génère 192 p.
Titre provenant de l'écran d'accueil
L'accès complet à la ressource est réservé aux usagers des établissements qui en ont fait l'acquisition
Le document imprimé a été publié en 2009
HTML et SWF
Navigateurs web avec extension Adobe Flash Player
Sujets
Classification Dewey
302.5
Résumé
Qu'est-ce qui pousse les sujets sociaux à agir ? Les mobiles de nos actes sont innombrables et la littérature entière, tout l'art, tous les films ne suffiraient pas à les décrire. Les sciences sociales ou la philosophie ont besoin quant à elles de se donner des repères leur permettant de saisir les ressorts essentiels de l'action. Et ici, on touche vite aux débats centraux de ces disciplines. L'opinion, largement dominante, y est que l'action des hommes s'explique nécessairement et exclusivement par l'intérêt, qu'il soit d'ordre économique, sexuel, de conservation, de pouvoir ou de prestige. Comme le montre Alain Caillé dans ce livre, une théorie anti-utilitariste de l'action, au contraire, s'attache à montrer que ce réductionnisme est intenable. Il laisse en définitive échapper l'essentiel de ce qui importe aux humains, car c'est précisément en s'affranchissant du cercle étroit des intérêts, sans pourtant les dénier, qu'ils deviennent des sujets. Et c'est parce qu'ils aspirent plus à être reconnus qu'à accumuler que les hommes ne sont pas réductibles à la figure de l'Homo œconomicus. Ce qui est vrai des sujets sociaux individualisés l'est tout autant des sociétés, ces quasi-sujets collectifs structurés et rendus visibles et pensables par l'opération conjointe du politique et du religieux, dont l'auteur propose ici une conceptualisation systématique. Dès lors, une théorie anti-utilitariste de l'action doit constituer la pièce maîtresse, la matrice de toute sociologie générale qui entreprenne de rompre avec les approches économicistes, si dominantes aujourd'hui, de l'Histoire et de la vie en société
Origine de la notice
Abes (SUDOC)
 

inMedia v4.4