Permalien Courriel Export
Thèse
(Mis)recognition : essay on transnational law, identities and marginalization
Auteur
Éditeur [s.n.]
Année 2014
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Auteur
Titre
(Mis)recognition : essay on transnational law, identities and marginalization
Éditeur
Description
1 vol. (313 p.) ; 30 cm + résumé en français (33 p.)
Est un fac-similé
(Mis)recognition essay on transnational law, identities and marginalization 2014
Notes
Bibliogr. p. 281-313
Note de thèse
Reproduction de Thèse de doctorat : Droit : Paris, Institut d'études politiques : 2014
N° national de thèse
FR 2014IEPP0004
Collaborateurs
Variantes de titres
Le déni de reconnaissance un essai sur le droit transnational, les identités et les exclusions fre
Sujets
Classification Dewey
340.9
Résumé
Cette étude examine à la lumière des notions de reconnaissance et du déni de reconnaissance qui sont toutes les deux issues de la philosophie politique, l’articulation entre le droit international privé (« le DIP ») et la discipline des droits de l’Homme dans le contexte transnational. La problématique centrale étudiée ici est la suivante : de quelle manière est-ce que les luttes politiques pour la reconnaissance des identités marginalisées, modifient-elles les raisonnements et les techniques de résolution des conflits transnationaux employées par les juges nationaux ? En philosophie politique, la reconnaissance suppose le respect de l’altérité et de la différence de l’Autre. Contrairement à la reconnaissance, le déni de reconnaissance renvoie aux processus culturels et économiques qui engendrent et renforcent l’humiliation et le mépris quotidiens pour ceux dont les identités diffèrent de la norme sociale. L’argument général défendu dans ce travail est le suivant : les processus de décision dans l’espace transnational, c’est-à-dire les modes de raisonnements juridiques, reproduisent les stigmatisations des identités individuelles et collectives. Le DIP et les droits de l’Homme légitiment et participent ainsi à des processus politiques d’exclusion des communautés qui ont été culturellement marginalisées au cour de l’histoire et continuent de l’être. Le droit légitime ainsi le déni de reconnaissance qui constitue déjà l’espace politique.
The broad questions this work is addressing are the following: How are the contemporary struggles for recognition by marginalized identity groups affecting legal practices used by domestic judges in order to resolve questions related to the competent forum, applicable law and legal recognition of foreign judgments? In order to answer these and other related questions, the present study analyzes the interplay between PIL legal practices and human rights norms, in the light of the political notion of recognition and misrecognition that I borrow from political philosophy. The broad argument that I make is the following: the processes of adjudicative decision-making in the transnational context that are traditionally regulated by private international law are conducive to instances of political misrecognition. Misrecognition casts light on instances in which legal transnational practices enforce the political failure to accept the stigmatized individual and to interact with him or her on an equal footing. This argument will be examined using three specific legal questions: the legal recognition of the Muslim talaq divorces in French courts; the recognition of legal transnational effects of same-sex unions and adoption by same-sex couples, and the recognition of indigenous peoples’ land claims.
Origine de la notice
Abes (SUDOC)
 

inMedia v4.4