Permalien Courriel Export
Thèse
Fabrication de l'identité nationale et question linguistique dans l'espace post-soviétique : le cas du Kazakhstan
Auteur
Éditeur [s.n.]
Année 2012
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Auteur
Titre
Fabrication de l'identité nationale et question linguistique dans l'espace post-soviétique : le cas du Kazakhstan
Éditeur
Description
1 vol. (527 p.-XXX f.) : cartes ; 30 cm
Notes
Bibliogr. p. 491-527
Note de thèse
Thèse de doctorat : Science politique : Paris, Institut d'études politiques : 2012
N° national de thèse
FR 2012IEPP0060
Collaborateurs
Variantes de titres
Making of national identity and language issue in the post-Soviet area : the case of Kazakhstan eng
Sujets
Résumé
Ayant hérité à la période soviétique d’une population pluriethnique et de deux langues (le kazakh et le russe), le Kazakhstan doit redéfinir sa nouvelle identité nationale. La pluriethnicité conditionne la façon dont se construit sa politique nationale. Le débat linguistique ne concerne pas seulement la population russophone, mais aussi les Kazakhs, dont l’identité linguistique reste complexe en raison de leur attachement à la langue russe. Même si l’affirmation du kazakh soulève des enjeux ethniques et sociaux, la souveraineté du Kazakhstan nécessite aux yeux du pouvoir sa promotion en tant que langue d’État. La politique nationale, dénommée la « kazakhisation », est désormais à l’œuvre et se traduit essentiellement dans les institutions publiques, le service éducatif et les médias pour promouvoir l’usage de la langue kazakhe. Notre travail a pour ambition d’expliquer les applications de cette politique linguistique et d’analyser ou de prévoir les conséquences qu’elle engendre sur cette société pluriethnique. La reconfiguration du paysage linguistique au Kazakhstan est également conditionnée par les flux migratoires après l’indépendance en 1991 qui modifient progressivement la structure ethnique du pays. La société kazakhstanaise essaye de faire cohabiter sa culture traditionnelle, son héritage soviétique et sa nouvelle culture contemporaine. Mais la question de la construction de la nouvelle identité face à cette triple influence ne pourra que lentement trouver sa réponse. Cette thèse s’inscrit plus généralement dans la réflexion de la construction nationale dans l’espace post-soviétique par le biais de la langue tout en suivant l’exemple du Kazakhstan.
Having inherited from the Soviet period a multiethnic population and two languages (Kazakh and Russian), the Kazakhstan has to redefine its new national identity. The multiethnic character of its population determines the manner of the national building. The language issue is not just about the Russian-speaking population, but also about Kazakhs having a complex linguistic identity due to their attachment to the Russian language. Even the assertion of the Kazakh language raises ethnic and social issues, sovereignty of Kazakhstan, in the eyes of power, requires its promotion as a State language. The national policy, named the “kazakhization" is mainly implemented in the public institutions, the educational system and the mass media to promote the use of the Kazakh language. Our work aims to explain the application of this language policy and to analyze or predict the consequences for the multiethnic society. The change of the linguistic landscape in Kazakhstan is also conditioned by the dynamics of migration flows after the independence in 1991, gradually changing the ethnic structure of the country. The Kazakhstani society is trying to incorporate its traditional culture, its Soviet legacy and a new contemporary culture. But the question of the making of national identity faced this triple influence will slowly find its answer. More generally, this thesis is the reflection of nation building in the post-Soviet states through the language while following the example of Kazakhstan.
Origine de la notice
Abes (SUDOC)
 

inMedia v4.4