Permalien Courriel Export
Thèse
La construction d'une capitale nationale en régime autoritaire : Astana au Kazakhstan
Auteur
Éditeur [s.n.]
Année 2013
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Auteur
Titre
La construction d'une capitale nationale en régime autoritaire : Astana au Kazakhstan
Éditeur
Description
1 vol. (513 p.) : ill. ; 30 cm
Notes
Bibliogr. p. 457-480
Note de thèse
Thèse de doctorat : Science politique : Paris, Institut d'études politiques : 2013
N° national de thèse
FR 2013IEPP0011
Collaborateurs
Variantes de titres
Building a capital city in authoritarian regime : the case of Astana, Kazakhsan eng
Sujets
Classification Dewey
320.958
Résumé
Quel est le rôle de la ville-capitale dans l’exercice du pouvoir pour un Etat-Nation récent, au régime autoritaire ? Réponse constructiviste : la capitale institue l’Etat qui à son tour élabore la nation. Au Kazakhstan, la construction de la capitale Astana apparaît comme l’édification d’un haut-lieu central, dont découle la fondation d’un pouvoir sultanique et la création d’une identité nationale astanisée. Le transfert de la capitale d’Almaty à Astana en 1997 est un fait inédit en ex-URSS. Or, l’Etat fonde son existence sur une organisation hiérarchisée entre centre et périphéries. Dès lors, la construction du centre, apparaît comme une variable fondamentale en macro-sociologie de l’Etat. Le cas d’Astana offre une validation empirique du principe selon lequel le territoire est une construction matérielle (il est aménagé) et symbolique (il est investi de sens). En effet, l’édification de la capitale sert d’abord de fondement indispensable à son affirmation comme centre sur le territoire national. Ensuite, à l’échelle de la ville même, la capitale est le lieu d’une mise en scène du pouvoir étatique et accueille les principaux référents identitaires. Enfin, à l’échelle des rapports entre individus, l’apparition des bâtiments dans l’espace urbain est le fruit de rapports de force entre acteurs. L’étude d’une capitale se révèle donc une façon pertinente d’approcher la construction nationale, le rôle du symbolique en politique, et les relations de pouvoir qui traversent un régime. Ainsi, la construction matérielle de la capitale Astana permet la construction symbolique du régime Nazarbaïev, qui produit une construction sociale, celle de la nation kazakhstanaise.
What is the political significance of the capital city in a young authoritarian Nation-State? Taking a constructivist approach, I argue that the capital city establishes the State which then institutes the Nation. In Kazakhstan, the making of Astana is of the edification of a central place, crucial to a sutlanistic regime, which elaborates an astanised national identity. Moving the locus of power from Almaty to Astana in 1997 was a unique decision among post-soviet countries. As the comparative politics shows that centre formation and control of the periphery is fundamental for the maintaining of a social order, the Astana case validates the argument that territory is simultaneously a material and a symbolic construct (it is built and overloaded with meaning). Indeed, the building of a capital is a necessary step to its domination over national territory. At the urban space scale, the capital city is a place where State power is put on display and identity narratives are materialized. Moreover, by scrutinizing the micro-political interactions between decision makers, town planners and artists who implement the plans, the power relations that characterize the regime are illuminated. Hence, exploring the making of a capital city provides an opportunity the investigate nationalism studies, symbolic politics and the urban foundation of authoritarian rule.
Origine de la notice
Abes (SUDOC)
 

inMedia v4.4