Permalien Courriel Export
Thèse
La pratique américaine du "regime change" en Irak : une analyse critique de l'intervention militaire comme vecteur de socialisation politique
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Auteur
Titre
La pratique américaine du "regime change" en Irak : une analyse critique de l'intervention militaire comme vecteur de socialisation politique
Éditeur
Description
1 vol. (561 p.) : ill., cartes ; 30 cm
Notes
Bibliogr. p. 515-543
Note de thèse
Thèse de doctorat : Science politique : Paris, Institut d'études politiques : 2011
N° national de thèse
FR 2011IEPP0065
Collaborateurs
Variantes de titres
The American practice of regime change in Iraq : a critical analysis of the use of military intervention as a tool for political socialization eng
Sujets
Classification Dewey
327.73
Résumé
Notre travail de recherche s’emploie à caractériser et à analyser la stratégie américaine de socialisation politique de l’Irak à la fois dans une perspective historique, dans son contexte contemporain post-guerre froide et post-11 septembre 2001, et en tant que ligne conductrice de politique étrangère américaine envers les Etats dits déviants, en revenant sur la notion de « socialisation » appliquée aux relations internationales. En intervenant en Irak, pour en « changer le régime », les Etats-Unis et leurs alliés ont fait de la « transition politique » la dynamique principale de la phase post-regime change. C’est elle qui guide et conditionne tous les aspects de la phase post-intervention. L’action américaine devient ainsi automatiquement un processus d’« accompagnement » et de tentatives de façonnement de la transition politique. Une partie importante de notre réflexion porte sur les modalités et les conséquences de l’ingérence américaine dans le processus de la transition politique en Irak, notamment dans sa manière d’induire des stratégies à la fois d’autonomisation et de dépendance mutuelle. Ce travail de recherche analyse la manière dont la transition politique en Irak interagit avec l’agenda américain de réformes. Une transition pacifique a pour clé l’établissement d’un arrangement politique entre acteurs, pour éviter l’exclusion qui alimente la violence. Or, la pression externe pour accélérer le processus de « réconciliation », le recours à des appuis locaux pour préserver une sécurité fragile et court-termiste, l’ampleur des réformes engagées, créent des pressions sur la société et les élites politiques, et entravent ainsi tout « projet de société ».
The aim of our research is to analyse the US strategy of political socialization in Iraq, in both its historical and contemporary contexts (post-cold war and post-September 11) and as the guiding principle of US foreign policy towards states considered deviant. The concept of "socialization" applied to international relations, is discussed and analysed. By intervening in Iraq to change its political regime, the US and its allies have propelled the political transition as the main driver of the post-regime change phase. The political transition guides and shapes every aspect of the post-intervention period. The US action automatically becomes a process of assistance and attempts to shape the political process. A significant part of our work deals with the modalities and the consequences of the US interference in the Iraqi political transition process, especially in inducing strategies of autonomization and mutual dependency. We analyse the interaction between the Iraqi political transition and the US agenda of reformes. A pacific transition is key to establishing a political arrangement between different players, in order to avoid exclusion, which in turn, nurtures violence. However, the external pressure to hasten the process of "reconciliation", the support to local actors in order to preserve fragile and short term security gains, the scope of the reforms engaged, the political compromises that dominate the reconstruction process, are sources of pressure among society and nex elites, which pursue their personal interests over the common interest. Instead of uniting, change is a factor of split. The balance of power is the engine of change.
Origine de la notice
Abes (SUDOC)
 

inMedia v4.4