Permalien Courriel Export
Thèse
Combatants’ disarmament : do command and control matter? : a comparison of Sierra Leone and Liberia
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Auteur
Titre
Combatants’ disarmament : do command and control matter? : a comparison of Sierra Leone and Liberia
Éditeur
Description
1 vol. (366-54 p.) ; 30 cm
Notes
Thèse soutenue en co-tutelle
Bibliogr. p. 346-361 et p. 50-54
Note de thèse
Thèse de doctorat : Science politique. Relations internationales : Paris, Institut d'études politiques : 2010
Thesis (Ph. D.) : Science politique. Relations internationales : Northwestern University : 2010
N° national de thèse
FR 2010IEPP0065
Collaborateurs
Variantes de titres
Le désarmement des combattants le rôle des structures de commandement des groupes armés une comparaison entre la Sierra Leone et le Libéria fre
Sujets
Contenu
Contient un grand résumé en français
Résumé
This research explores central questions of the organizational dynamics of authority and legitimacy within armed groups, and the variation in combatant compliance with disarmament of insurgency groups. I combined empirical material from detailed field research and interviews with former combatants in armed groups in Sierra Leone and Liberia, at all levels in the chain of command, with political theories of patronage and coercion. Drawing from a comparison between Sierra Leone and Liberia, I argue for the need to focus on an understudied aspect of war-to-peace transitions: the extent to which armed groups’ obedience mechanisms influence combatants’ behavior towards disarmament. I demonstrate that combatants’ perception of the integrity of command and control within their armed group influences their behavior towards the disarmament process. Combatants who perceive their armed group as being under the control of their commander tend to not see defecting as an option. In Sierra Leone, out of a mix of fear from retaliation and a willingness to remain loyal to their commander, while hoping to be rewarded, combatants obeyed their commander’s order to disarm. On the other hand, in Liberia, patronage and coercion had been eroded during the war to peace transition, and combatants did not see their commanders’ orders as mandatory. As a result, several thousand defected and threatened the peace process. This comparison between Sierra Leone and Liberia demonstrates that stronger command and control within armed groups can facilitate disarmament. This research makes an innovative contribution to the political theory of patronage, used here not only to shed light into state politic.
Malgré des guerres civiles comparables et des programmes de Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR) offrant aux combattants des perspectives similaires, la Sierra Leone et le Liberia présentent une différence importante : dans le premier cas les combattants rendent massivement les armes, dans le second des milliers de combattants échappent au contrôle de leurs leaders et occupent par la force des régions entières du pays. C’est cette différence que cette recherche se propose d’analyser : pourquoi dans certains les combattants rendent leurs armes, et dans d’autres pas ? Cette recherche apporte un regard nouveau sur un élément jusqu’ici laissé de côté par la littérature : le rôle des structures de commande dement des groupes armés dans le désarmement des combattants. Nous démontrons que la décision que prennent les combattants de désarmer ou non est fortement influencée par la manière dont ils perçoivent les structures de commande au sein de leur groupe . Les combattants qui se trouvent au sein de groupes armés sous le contrôle étroit de leurs leaders ont tendance à ne pas considérer d’autre choix que celui de désarmer lorsque ces leaders leur en donnent l’ordre. Ces structures de commande et de contrôle, comme en Sierra Leone, reposent sur le patronage et la coercition. En revanche, au Libéria, où patronage et coercition se sont trouvés érodés, les combattants ne considèrent pas qu’obéir à l’ordre de rendre les armes soit leur unique option. En conséquence, certains choisissent de rendre les armes, alors que d’autres continuent le combat sous une forme ou une autre mettant en danger le processus de paix.
Origine de la notice
Abes (SUDOC)
 

inMedia v4.4