Permalien Courriel Export
Article de revue
Peut-on prendre la puissance européenne au sérieux ?
Auteur
Document principal Cahiers européens de Sciences Po [Ressource électronique]
Titre de la parution Cahiers européens de Sciences Po[Ressource électronique]
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Auteur
Titre
Peut-on prendre la puissance européenne au sérieux ?[Ressource électronique]
Document principal
Cahiers européens de Sciences Po [Ressource électronique]
Description
(2005) n°5, p.1-32 : tabl.
Notes
Numéro spécial
Sujets
Résumé
A l'ère de la mondialisation, on peut se demander si l'Europe est assez forte pour opposer la gouvernance par les normes à une gestion géopolitique classique du système international. La dichotomie entre "hard" et "soft power" domine depuis longtemps le débat sur la puissance européenne qui oppose théoriciens réalistes, constructivistes... Puissance normative, l'Europe est l'espace politique le plus demandeur de normes sociales élevées dans la mondialisation, ce qui se traduit par une imbrication entre gouvernance européenne et mondiale, notamment à l'OMC. La propension des Européens à ratifier le corpus existant de textes internationaux est nettement plus forte que celle des autres Etats dominants du système mondial et l'écart se creuse au fur et à mesure que l'on touche à des secteurs mettant en cause la souveraineté des Etats. Malgré certaines évolutions, l'identité politique mondiale de l'Europe demeure caractérisée par une gouvernance par les normes, ce qui la différencie fondamentalement des Etats-Unis ; sa réactivité est toutefois altérée dans les domaines non communautarisés ; vis-à-vis du reste du monde, elle est à la fois plus attirante et moins crédible ; proche des Etas-Unis, l'Europe ne peut cependant émerger politiquement qu'en marquant sa différence identitaire par rapport à eux.
Origine de la notice
FNSP (SUDOC)
 

inMedia v4.4