Permalien Courriel Export
Dossier de presse
Le Maroc sous protectorat français : dossier de presse
Éditeur FNSP, Centre de documentation contemporaine
Année 1946-1956
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Auteur
Titre
Le Maroc sous protectorat français : dossier de presse
Éditeur
Description
7 tomes, 1946-1956
Notes
Dossier fermé
Sujets
Résumé
Tome 1 : (DP.00361) : 29/06/1945-31/12/1950. En janvier 1946, le sultan demande la révision du traité franco-marocain ; Eirik Labonne résident général de la France au Maroc ; le général juin lui succède en mai 1947 ; au lieu de se rendre en France, Abd el Krim débarque en Egypte ; janvier 1948 : incident entre le le Sultan et le général Juin ; 1950 : insatisfait du régime du protectorat, le sultan effectue une visite en France dont l'objet est l'indépendance, il est reçu par Vincent Auriol ; il accueille avec réticence la réponse française à son mémorandum ; une commission mixte est créée.
Tome 2 : (DP.00361) : 01/01/1951-31/12/1952. Conflit entre le Sultan du Maroc et El Glaoui, le pacha de Marrakech, favorable à la France ; interrogation sur le rôle et les soutiens de l'Istiqlal ; la politique répressive du général Juin à l'encontre de celle de R. Schuman ; plusieurs ministres approuvent la fermeté du gouvernement et la déposition du Sultan est envisagée ; l'Egypte et la Ligue arabe attisent le feu et menacent de porter la question marocaine devant l'ONU; le Sultan s'incline devant l'ultimatum et des accords sont signés entre le Makhzen et la résidence de France à Rabat ; 5 dirigeants de l'Istiqlal arrêtés dont Mehdi Ben Barka ; sept. 1951 : le général Guillaume remplace le général Juin ; plainte de la ligue arabe à l'ONU ; Britanniques et Américains soutiennent le point de vue français ; l'examen de la plainte est ajourné ; nouveau mémorandum du Sultan en mars 1952 ; en sept., la réponse du général Guillaume selon laquelle la France souhaite réformer le Maroc sans revenir sur le régime du protectorat suscite un échange de communiqués tendus ; lors du discours du trône en novembre Sidi Mohamed redemande le départ des français ; déc.1952 : les émeutes de Casablanca font 52 morts ; des Européens sont égorgés ; arrestation de militants de l'Istiqlal.
Tome 3 : (DP.00361) : 01/01/1953-31/08/1953. Le général Guillaume, le Résident français, dénonce la collusion entre l'Istiqlal et le communisme ; polémique sur les émeutes de décembre à Casablanca : François Mauriac dénonce le racisme qui incite à la violence ; demande d'une commission d'enquête parlementaire ; procès du "tueur de Tadla" ; mai 1953 : deux cent soixante dix pachas et caids, dont El Glaoui, demandent la destitution du sultan. Réplique du Sultan qui accuse certains agents d'autorité d'entretenir la subversion; contre-attaque des Oulémas de Fès en faveur du sultan ; polémique entre François Mauriac et le Comité France-Maghreb (Général Catroux, Louis Massignon) d'une part et le Maréchal Juin, proche du Glaoui de Marrakech, de l'autre. Après un séjour en France, le Glaoui réitère ses attaques contre le Sultan ; 13 août 1953 : appel du Sultan au Président de la République ; démarches françaises auprès du Glaoui pour calmer le jeu ; 19 août 1953, accord en neuf points conclu entre le Sultan et le Général Guillaume, sur les réformes de l'Etat marocain. 8 août : les partisans du Glaoui désignent un nouveau chef religieux Sidi Mohammed Ben Arafa et ne reconnaissent plus le Sultan. Celui-ci "éloigné" en résidence forcée à Ajaccio avec ses fils. Le makhzen, gouvernement chérifien reconnaît Ben Arafa comme nouveau sultan.
Tome 4 : (DP.00362) : 01/09/1953-20/05/1954. La déposition du Sultan est sujette à controverse, elle provoque la démission de François Mitterrand, ministre d'Etat et elle est suivie par un nouveau train de réformes : création du Conseil des Vizirs et "dahirs" du Sultan ; le sultan échappe à un attentat ; réforme de la justice ; en France l'opposition accuse le gouvernement de vouloir transformer le protectorat en colonie ; oct. 1953 : l'ONU repousse la proposition arabo-asiatique sur le Maroc ; tensions au sein de l'Istiqlal entre modérés et extrémistes ; janv. 1954 : la zone espagnole de Tétouan ne reconnaît pas le nouveau sultan et nomme un régent se réclamant de Mohamed V, ce qui suscite une tension franco-espagnole ; mars 1954 : nouvelle tentative d'attentat contre le Sultan ; des supplétifs marocains recrutés dans les tribus pour renforcer la police dans la lutte antiterroriste ; la réforme de la justice makhzen entre en application.
Tome 5 : (DP.00362) :21/05/1954-31/12/1954. En mai 1954 : Francis Lacoste nouveau résident général de France au Maroc ; un "Comité de vigilance" prêt à défendre le Maroc accueille le nouveau résident. Des notabilités marocaines lui adressent une lettre. La garde personnelle du Sultan transfert à Rabat les Oulémas favorables à Mohammed V. La question dynastique au centre des troubles. Sept. 1954 : M. Lacoste définit une politique de réformes ;
Tome 6 : (DP.00362) : 01/01/1955-31/08/1955. Le Maroc en proie au terrorisme et contre-terrorisme ; mars 1955, assassinat du chérif Moulay Idriss fondateur du Parti démocrate des hommes libres. La question dynastique continue à faire débat ; visite au Maroc de Pierre July, ministre des Affaires tunisiennes et marocaines ; juin : assassinat de M. Lemaigre-Dubreuil, propriétaire du journal Maroc-presse, soucieux de favoriser l'apaisement et de trouver une solution au problème marocain ; Gilbert Granval succède à Francis Lacoste. Le rapport Wybot (DST) sur le contre-terrorisme révèle le rôle de la police qui aurait monté cette provocation pour créer un climat de guerre civile ; l'adjoint au chef de la police de Casablanca est écroué ; Etienne Burin des Roziers ministre délégué à Rabat ; 14 juillet 1955 : un attentat contre un café fréquenté par des européens déclenche des émeutes et des violences intercommunautaires ; retour au Maroc de l'ancien pacha Si Bekkai, proche de Mohamed Ben Youssef ; émeutes de Marrakech contre le Glaoui ; expulsion du Dr Causse de "Présence française" ; entretien entre Granval, le Sultan et le Glaoui et les décisions qui s'ensuivent début août sur le futur gouvernement du Maroc. 23 août : la conférence d'Aix-les-Bains aboutit à un accord tandis qu'émeutes et attentats ensanglantent l' Algérie et le Maroc ; elle est suivie de la démission de G. Granval.
Tome 7 : (DP.00363) : 01/09/1955-30/09/1955. Le général de Latour succède à Gilbert Granval ; le gouvernement Edgar Faure approuve les accords d'Aix-La Chapelle (départ de Ben Arafa, constitution d'un Conseil du trône, transfert de Ben Youssef en France) mais ne règle pas la question dynastique ; son louvoiement est dénoncé ; Ben Arafa marque sa volonté de se maintenir ; entretiens d'Antsirabé où la position de l'Istiqlal se durcit ; enquête sur les massacres d'Oued-Zem et Khénifra des 20 et 21 août ; les consultations du général Boyer de Latour et le refus de Ben Arafa de quitter le trône.
Tome 8 : (DP.00363) : 01/10/1955-17/11/1955 Dans une lettre à René Coty, le sultan Ben Arafa accepte de se démettre s'il n'y a pas de restauration de Ben Youssef ; il s'éloigne provisoirement pour apaiser les esprits ; le rôle du mouvement "Présence française" ; des groupements de Français du Maroc réclament le rappel de M. de Panafieu, ministre délégué à la Résidence générale. Les généraux et officiers supérieurs du Maroc prêts à désobéir et à démissionner si le gouvernement ne plie pas ; un comité de vigilance (SFIO, MRP, Parti Radical) dénonce les comportements factieux ; le Conseil du Trône est installé le 17 oct. 1955 ; Si Fatmi Benslimane accepte de former un gouvernement ; 27 oct. : volte-face du Glaoui qui se rallie à Ben Youssef et demande son retour sur le trône ; le 31 octobre Ben Youssef (Mohammed V) revient en France où il a plusieurs entretiens avec Antoine Pinay et prépare son retour au Maroc ; André Dubois succède au général Latour ; le Glaoui vient à Paris se prosterner devant Mohammed V ; 16 nov. retour triomphal du sultan à Rabat.
Tome 9 : (DP.00363) : 18/11/1955-02/03/1956. Le discours du trône constitue la charte politique du nouveau Maroc ; il est suivi de sanglants désordres et règlements de comptes ; l'Istiqlal réclame l'abolition du traité de Fès ; consultations et difficultés pour former le gouvernement et accord de Si Bekkai pour le diriger ; combats contre les rebelles du Rif soutenus par les Espagnols ; 4 déc. : congrès de l'Istiqlal sur l'avenir du Maroc ; 12 décembre. le sultan investit le premier gouvernement dont le chef Si Bekkai affirme la nécessité d'une coopération avec la France et souhaite que le Maroc soit une terre de rencontre entre deux civilisations ; les forces françaises poursuivent leurs interventions dans le Rif ; libération des détenus politiques ; rencontre franco-espagnole en janv. 1956 ; mort du Glaoui ; le Sultan à Paris pour l'ouverture des négociations franco-marocaines le 23 févr. 1956 ; l'accord sur l'indépendance du Maroc est signé le 2 mars 1956.
Origine de la notice
FNSP (SUDOC)

Voir aussi

 

inMedia v4.4