Permalien Courriel Export
Thèse
Les intellectuels napolitains (1943-1964) : la formation d'une classe dirigeante dans l'Italie de l'après-guerre
Auteur
Éditeur [s.n.]
Année 2000
Exemplaires
Notices liées
Notice détaillée
Auteur
Titre
Les intellectuels napolitains (1943-1964) : la formation d'une classe dirigeante dans l'Italie de l'après-guerre
Éditeur
Description
2 vol. (1021 p.) ; 30 cm
Reproduit comme
Les intellectuels napolitains (1943-1964) la formation d'une classe dirigeante dans l'Italie de l'après-guerre 2001
Notes
Publication autorisée par le jury
Bibliogr. Index
Note de thèse
Thèse de doctorat : Histoire : Paris, Institut d'études politiques : 2000
N° national de thèse
FR 2000IEPP0005
Collaborateurs
Variantes de titres
Neapolitan intellectuals (1943-1964) the making of a ruling class in post-war Italy eng
Sujets
Classification Dewey
945.09
Résumé
La présente recherche se veut une contribution à l'histoire des intellectuels. A travers l'exemple napolitain, elle entend montrer l'importance des liens étroits entre le monde intellectuel et la classe politique en Italie avant et après 1945. S'appuyant sur une étude prosopographique, elle étudie l'apparition d'une nouvelle classe dirigeante issue d'une génération de diplômes, formés pour la plupart pendant et juste après le fascisme. Cette génération peut s'appuyer sur l'exemple de "figures tutélaires" dont elle se réclame : benedetto croce, philosophe et historien, mais aussi sénateur et ministre, et les grands penseurs méridionalistes, de Fortunato à Salvemini et à Dorso. Recherchant une légitimité nécessaire pour leur permettre d'être reconnus en tant qu'intellectuels, les hommes et les femmes étudiés revendiquent l'excellence de leur formation (anciens vainqueurs des lictoriales, boursiers à l'Institut fondé par Croce), ou le prestige que leur confère un passe antifasciste. Lancés dans le bain de la politique dès la libération de Naples, résistant aux désillusions qui entraînent le retrait de nombreux autres intellectuels dès 1948 ou après 1956, ils parviennent à s'imposer dans le champ politique et culturel à travers un parti ou des revues. De 1954 à 1964 s'affrontent deux revues méridionalistes napolitaines : cronache meridionali (communistes) et nord e sud (liberaux), dont ont été étudiés les équipes rédactionnelles et l'engagement ideologique et culturel. Bénéficiant d'un fort succès d'estime, nord e sud triomphe au milieu des années cinquante, en devenant à la fois un lieu d'élaboration programmatique pour les gouvernements de centre-gauche et une réserve d'experts et de techniciens destinée à mettre en application ce programme. Les dirigeants des deux revues, élus pour la plupart à partir de 1963 ou 1968, font partie de la nouvelle classe dirigeante italienne, active dans les années 70 et 80.
Origine de la notice
Abes (SUDOC)
 

inMedia v4.4